Apprendre à aimer fuir…

…c’est parti en mode extrême !

Le post de Ccelenn m’a clairement donné envie de me lancer dans ce mode redouté et redoutable, avec la dernière classe qui me manquait au compteur d’essayage : le wizard. Il parlait d’adrénaline, on est clairement servi ! Et ce, dès le mode normal ! Fini la monotonie affreuse du mode normal où l’on se jette dans la bataille comme un débile ! Là, il est *déjà* question de faire attention, de ne pas puller plusieurs packs de mobs (surtout un normal, un élite et ses serviteurs ET encore un pack de bleus… oui, oui, j’ai survécu ^^)

J’ai eu des moments dans la zone de danger critique. Mais là, encore une fois, c’est une tout autre dimension. On a peur. On a le cœur qui s’arrête. On fait un bruit bizarre de soulagement quand on s’en sort. On se perd dans ses clics pour prendre une potion salvatrice. Pourquoi ? Parce que c’est la mort, la « vraie », qui attend au tournant d’un donjon ou d’une forêt. Fini donc de passer sur les pièges sans réfléchir ou de flâner à consulter son inventaire au milieu des plaines. La menace est constante !

Hop. Le Roi Sorcier. Hop. Le Boucher. Jusqu’à présent, c’était beaucoup plus contre des mobs randoms que j’ai eu le plus de frayeurs. Les boss, à ce niveau, restent inoffensifs. Lors de la toute première session, je me souviens avoir tenu jusqu’à l’acte III, juste avant le named dans les caves de la tour, avant de mourir pour la première fois. Mais j’étais en mode normal. Mais j’étais en groupe. Il ne reste plus qu’à battre ce record…

En écho à Ccelenn, je situerai cette difficulté comme ultime, comparée aux mmorpgs de ma propre expérience, tant récents qu’anciens. Dans Everquest, par exemple, qu’est-ce que mourir ? Réapparaitre à son bindpoint qui n’est pas forcément la porte à côté, sans son équipement, avec 10% d’XP en moins et l’obligation d’avoir une classe de rez pour les récupérer. Qu’est-ce que mourir dans World of Warcraft ? La quiétude du monde parallèle, rejoindre sans entraves son corps depuis les rez points disséminés dans la zone. Mourir peut être chiant. Mais mourir peut aussi être la simple épée de Damoclès qui encourage le jeu intelligent, la prudence, l’attention, la violence du choc si l’on perd son personnage, le découragement s’il faut en recréer un… Bref, est-ce que cela contribuerait à renforcer l’expérience du jeu, rendant les émotions ressenties encore plus forte, tant la victoire d’avoir survécu à une vague de mobs que la mort cinglante, et donc peut-être plus « réelles » ? Dans le pire des cas, ne plus avoir l’impression d’être un robot farmeur…

Sinon… Wizard, c’est une machine à tuer ! Et en plus c’est un artiste qui ajoute des tons bleus aux éclats de sang de ses ennemis !

Et comme toujours, on ne se prive pas des plus belles scènes de torture ! Diablo, c’est gore et on aime ça ! D’ailleurs, Robespierre serait jaloux de la guillotine, à la photo numéro 2…

Publicités

~ par Morra sur juin 21, 2012.

Une Réponse to “Apprendre à aimer fuir…”

  1. Gros GG Morra !
    Le meilleur est encore à venir…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :